atelier simiand
Recherche  

atelier simiandAvant-propos

English Français 

 

<<  octobre 2017   >>
lumamejevesadi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda.

L’Atelier Simiand, un des ateliers inter-disciplinaires du Campus Paris-Jourdan, est un lieu de recherche et de discussion dont l’activité est consacrée aux questions d’histoire économique et d’histoire des idées économiques. Il a été créé dans le cadre de l’Ecole normale supérieure et il est reconnu comme Groupe de recherche par le Centre de recherches historiques de l’EHESS et par l’UMR Paris Jourdan sciences économiques. Ses animateurs actuels sont Jérôme Bourdieu (INRA-LEA), Jean-Yves Grenier (EHESS-CRH), Pierre-Cyrille Hautcoeur (EHESS-PSE et CRH) et Gilles Postel-Vinay (INRA-LEA-EHESS).

L’Atelier Simiand entend faire réfléchir et travailler ensemble des historiens, des économistes et des sociologues. Au moment où l’histoire économique traverse une crise, installée depuis déjà quelques années et qui se manifeste entre autres par certaines formes de repli disciplinaire, il a semblé nécessaire à un certain nombre d’entre nous de promouvoir une histoire économique privilégiant la relation intellectuelle avec les autres sciences sociales, en particulier l’économie.

Pourquoi Simiand ? Parce qu’il est le dernier économiste à fonder son projet dans le cadre d’une science sociale unifiée, considérant les faits sociaux comme « des phénomènes qui caractérisent la vie de l’homme en société ». Ce faisant, il dépossède la science économique d’une existence autonome vis-à-vis des autres sciences sociales. L’économie apparaît ainsi comme une catégorie de phénomènes de la vie en société redevable du même cadre d’analyse que les autres.

Il s’agit donc aujourd’hui de chercher à redonner une certaine cohérence aux multiples recherches faites au croisement de l’histoire et de l’économie. Pour ce faire, François-Simiand entend contribuer à réintroduire une manière de penser et de poser les problèmes qui mobilise, outre les outils standards de l’économie, les concepts les plus variés issus des sciences sociales (dans l’esprit de l’école de Durkheim et de François Simiand). En ce sens, l’histoire économique peut redevenir un enjeu scientifique comme elle le fut, par exemple, en Allemagne au début du XXe siècle ou en Europe et aux Etats-Unis dans les années 1960, moment d’interrogations multiples et fécondes sur les phénomènes de croissance. Pour les historiens, ce peut être l’occasion d’une confrontation difficile mais utile avec les concepts et les méthodes développés par les économistes ; et pour les économistes, ce peut être une étape dans l’évolution de la discipline qui rencontre sur le terrain historique une mise en question de ses concepts mais aussi une occasion de penser autrement certaines questions majeures comme l’ont montré, par exemple, les travaux de Paul David consacrés aux phénomènes de « path dependency ».

Nous avons le sentiment que cette crise scientifique propre à l’histoire économique n’a pas encore produit tous ses effets et que des remaniements intellectuels d’une certaine ampleur sont encore à venir. Or manque à l’heure actuelle les conditions institutionnelles pour un tel épanouissement. La cause en est la structure des universités françaises qui n’accordent jamais d’autonomie à l’histoire économique mais aussi le faible nombre de spécialistes et la forte distance qui, bien souvent, les sépare institutionnellement des économistes. Dans cette perspective, le Campus Paris-Jourdan constitue une occasion unique pour constituer un groupe de recherche, de réflexion et de discussion autour de questions relevant de l’histoire économique.

 

Campus Paris-Jourdan |  48 boulevard Jourdan |  75014 Paris |  +33(0)1 43 13 62 11 | Plan du site